Author Archives: Jean-François Habermacher

La chrétienté est morte… Vive l’Evangile ! (Episode 2)

Vous êtes-vous déjà réveillés un matin en vous demandant : «Pourquoi donc se lever aujourd’hui et faire ce qui est à faire»? La vie, telle qu’elle est, avec ses abîmes et ses sommets, ses joies et ses peines, ses grandeurs et ses vicissitudes vaut-elle vraiment la peine d’être vécue? Ne faudrait-il pas se rendre à l’évidence des propos du philosophe et écrivain roumain Emil Cioran et parler, avec lui, de l’inconvénient d’être né? Bien plus, de quel droit peut-on imposer à des personnes de venir au monde alors qu’elles n’ont rien demandé? Est-il légitime de vouloir prolonger ainsi la vie de l’espèce? Au nom de quoi pouvons-nous préférer que l’aventure humaine continue, que l’espèce humaine se perpétue plutôt qu’elle ne s’arrête et disparaisse? Au fond, la vie est-elle un bien suffisamment grand pour que l’on se sente légitimé non seulement à l’habiter, mais à la perpétuer, en appelant d’autres à y prendre place? Continuer la lecture

1200px-Lausanne_-_old_academy

Salutation

En tant qu’étudiants en théologie nous tenons une place privilégiée. Nous avons le temps et le luxe de pouvoir observer. Nous nous trouvons dans un lieu où notre identité, la société et les traditions sont prises au corps-à-corps et où l’on peut faire s’entre-réfléchir mondes et possibilités sur fond de vie. Continuer la lecture

Jésus pour le 21e siècle

D’une certaine manière, John Shelby Spong est à la théologie ce que Joël Dicker est à la littérature: un auteur prolifique dont les ouvrages sont imprimés à des centaines de milliers d’exemplaires sans que l’on sache trop pourquoi. Un phénomène d’édition qui ne laisse pas d’intriguer.

Le Dr Spong est né en Caroline du Nord en 1931. Ancien évêque épiscopalien, théologien libéral, il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages dont un seul, à ce jour, a été traduit en français sous le titre Jésus pour le XXIe siècle (Editions Karthala). De nombreux textes de Spong ont cependant été publiés dans une traduction française sur le site de Gilles Castelneau, Protestants dans la ville.

Continuer la lecture

club2

La chrétienté est morte… Vive l’Evangile! (Episode 1)

L’Insensé de Nietzsche l’annonçait : « Où donc est Dieu ? Je vais vous dire où il s’en est allé… : nous l’avons tué…, vous et moi ». Ce cri qui retentit jadis dans tout l’Occident chrétien fut loin d’être l’annonce triomphante d’une victoire. Il plongea les humains dans l’abîme : « Où allons-nous nous-mêmes, maintenant, loin de tous les soleils ? » Reconnaître ce double constat exige courage et lucidité. Et du temps. Aujourd’hui nous y sommes et on en parle… Mais de quel Dieu Nietzsche proclame-t-il la mort ? Continuer la lecture

Alain_Badiou-2

L’écologie pour les cochons, les fourmis et les humains

Dans l’un de ses livres, le philosophe Alain Badiou tient des propos corrosifs sur l’écologie (Le siècle, Le Seuil, 2005, p.246). A son avis, en l’absence d’une idée de l’homme, l’écologie ne peut que promouvoir un programme de survie d’espèces, où notre devenir « correct » est assimilé à celui des cochons et des fourmis ! Il ne peut en être autrement, précise-t-il, du moment que notre époque a dû enregistrer successivement la mort de Dieu et celle de l’homme. Le concept d’homme étant vide (en dépit de toutes les belles déclarations sur les droits de l’homme), on tombe dans un humanisme animal, propice à toutes les manipulations de la technologie proliférant. Par conséquent, l’écologie travaille vaillamment pour un monde de végétaux et d’animaux, d’autant plus accueillant à l’homme que celui-ci aura perdu tout profil original. Continuer la lecture

1024px-Ukraine_sky_1

Il faisait bleu, le ciel était beau

Il faisait bleu, le ciel était beau
Et cette lumière, vive et douce à la fois des premiers rayons  automnaux
Je contemplais le lac d’huile aux reflets lilas, des accents moirés vibrant à peine sous une brise aussi légère qu’un effleurement de doigts
Quelle paix…
Quelle douceur…
Mon Dieu que c’est beau !
J’ai allumé la radio.
Pourquoi ai-je allumé la radio ? Je ne sais pas…
Peut-être un espoir ?
J’ai entendu les nouvelles. Les mots ont giclé. Les mots, beaucoup de maux…
Des annonces comme des tirs de roquettes ont fait voler en éclat, beauté, calme et douceur.
Il faisait bleu, le ciel était beau, un lac d’huile…
La nuit le jour, un jour de nuit, là-bas quelque part, un autre regard…
Et le bleu à l’âme j’ai fermé les yeux.
Une brise légère comme un effleurement de doigts tout contre mon visage,
Juste un souffle…
L’écho des mots de Victor Hugo:
« Depuis six mille ans, la guerre plaît aux peuples querelleurs,
Et  Dieu perd son temps à faire les étoiles et les fleurs. »
J’ai éteint la radio.
Je sais pourquoi.
Je suis partie écouter les fleurs…
– Michèlle

1024px-Biserica_Timişeni,_Bucharest

Ferveur chrétienne en Roumanie

Rien n’est plus frappant, pour un chrétien d’Europe occidentale, que la ferveur religieuse en Roumanie. Les églises sont bondées jusqu’à déborder, parfois, sur les trottoirs. On achète des bougies par paquets puis on les plante dans des abris particuliers : pour les morts à gauche, pour les vivants à droite. On fait la file pour poser les lèvres sur les icones. On se signe devant les innombrables croix le long des chemins. Des tonneaux d’eau bénite sont à disposition à l’extérieur des églises. La pratique religieuse imbibe la vie quotidienne. Toutes les classes sociales, hommes et femmes, jeunes et vieux, sont concernées par une foi chrétienne sans doute aussi vivace que l’était le catholicisme romain au moyen âge. Continuer la lecture

ciel-redemarre

«Ne pourrais-tu pas faire que le ciel s’ouvre?»

Vacances en Irlande cet été. Après une semaine sous le ciel gris et la pluie, en manque de soleil et le moral dans les chaussettes, voici la question que m’a posé par ma belle-sœur: «Toi qui es croyante, ne pourrais-tu pas faire que le ciel s’ouvre?» Misère ! Heureusement que ce ne sont pas les croyants qui font la météo (même si j’avoue qu’à ce moment-là je n’aurais pas refusé…)! D’ailleurs, le Dieu auquel je crois ne fait pas la pluie et le beau temps! Par contre, bien souvent un miracle est un miracle parce qu’on ne sait pas comment il se réalise ; si ce n’est par la foi de celui ou celle qui le demande. Après avoir plaisanté et débattu de la question, nous avons décidé que nous ferions de notre mieux! Belle surprise le lendemain matin : le ciel bleu s’ouvrait entre les nuages, et le soleil ne nous a (presque) plus quittés pour nos derniers jours dans ce beau pays! Joli clin d’œil! Il suffisait de demander… Continuer la lecture

storytelling

Le pouvoir des histoires. Histoire de vie, histoire de foi…

Par Jean-François Habermacher.

Pourquoi parler de soi ou raconter sa vie? Nombreux sont celles et ceux qui, aujourd’hui, se racontent et dévoilent leur vie, sans pudeur ni modestie, dans des livres et des journaux. Autobiographie, récits biographiques font recettes. Dans un ouvrage paru il y a quelques années déjà (Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, La Découverte, 2007), Christian Salmon analyse l’engouement actuel pour la narration de soi. Il observe comment les nouveaux communicateurs et les politiciens actuels fabriquent des histoires pour influencer voire manipuler les esprits. Cette nouvelle «arme de distraction massive» travaille d’abord sur le plan émotionnel, elle parle au cœur plus qu’à la raison et mélange allègrement fiction et réalité.

Continuer la lecture

Eternité…

L’autre jour, j’ai entendu: «Un jour, nous vivrons éternellement.»
J’ai trouvé cela étrange, un jour… éternellement…
J’ai pensé au petit poisson nageant dans l’océan
«Un jour, je nagerai dans l’océan»
«Un jour, nous vivrons éternellement»
Dans un futur, l’éternité?
Un présent dans l’éternité…
Un éternel présent alors?
Pourquoi pas aujourd’hui?…

Michèlle Chaubert